10. Révélation

Retour à l’épisode 1

 

Samuel

 

Ambroise pose la main sur mon épaule, comme le ferait un frère dans un moment ignoble. Je fixe le praticien, tente de déchiffrer ses traits pour deviner le degré de gravité de la chose.

— Isabeau… désire que vous soyez informés de certaines… choses.

— Pourquoi passer par vous ? je rétorque froidement. Elle sait qu’elle peut tout me dire et…

— Elle n’est pas en état de parler à quelqu’un d’autre qu’un médecin. Sa tension peine à se stabiliser, et l’anxiolytique semble sans effet.

Génial… Je sens que je vais encore moins aimer la suite.

       Nous le suivons dans un couloir qui nous éloigne des urgences, jusqu’à une enfilade de bureaux. Mon pas s’alourdit, il nous indique l’un d’eux coincé dans une pièce minuscule sans fenêtre. Les pièces aveugles, Isabeau en a une sainte horreur.

— Installez-vous, vous désirez un café ?

Je me ferme, refuse silencieusement. Il faut que je me prépare à encaisser le choc, Ambroise n’en mène pas large non plus.

— Bien. Alors… Entrons dans le vif du sujet, poursuit-il en s’installant.

Il met un peu d’ordre dans les papiers, repositionne les conneries sur le bureau. Il gagne du temps et moi, je perds patience.

— Accouchez, j’ordonne sombrement.

Il réajuste ses lunettes, il a l’air d’un savant fou ce type. L’ambiance est presque irrespirable tant elle est saturée en tension.

— Que savez-vous du passé d’Isabeau ? interroge-t-il, stylo à la main.

Il va noter. On est en train de se taper une séance chez le psy en embuscade !

       — Elle a perdu son père quand elle était enfant, elle avait… six ou sept ans, je me remémore. Et sa mère a été internée. Mais ça se passait mal déjà avant, elle était en foyer… Ou dans une famille…

— Une famille de docteurs, quand elle a perdu son père, confirme Ambroise.

Mes doigts se crispent sur mon pantalon, je ne dois pas m’énerver parce qu’il en sait plus que moi. Le psy dodeline de la tête, ça m’agace.

— Elle a eu pas mal de foyers, à cause de soucis d’adaptation… Ce qui m’étonne venant d’elle, je songe à voix haute.

— Pourquoi cela vous étonne ? demande le psy.

— Parce qu’elle s’est bien adaptée à notre maison quand on y pense… C’est presque comme si elle l’avait déjà connue.

Ambroise approuve d’un signe de tête. Il sait que malgré quelques moments rocambolesques, elle a su se faire au quotidien hors normes imposé par père.

— Isabeau n’était jamais venue chez vous avant ?

— Non. Mon père l’a trouvée en faisant son jogging.

Formulé ainsi, nous touchons à l’improbable. Un silence s’installe avant que le psy ne nous relance.

— Que savez-vous de Storm ?

— Qu’il est revenu, nous répondons en chœur.

— Et que c’est son ex, j’ajoute avec une pointe de hargne.

Au final, c’est bien maigre. Je n’ai pas la moindre idée de ce à quoi il ressemble physiquement, hormis le fait qu’il a les yeux gris. Le psy prend une grande inspiration, c’est là que nous allons prendre une claque. Je le sens et je le sais.

— La relation entre ce Storm et Isabeau était… compliquée. Basée sur…

— Arrêtez d’hésiter, je me crispe. Vous savez parfaitement ce que vous avez à dire. Alors, dites-le.

Il pince ses lèvres, avant d’en sortir des mots terribles. Des mots qui vont changer à jamais notre façon de nous occuper d’Isabeau. C’est une victime. Une jeune femme qu’un pervers narcissique à soumise, façonnée, à qui il a volé l’identité pour la transformer en ce que lui voulait.

— Storm était violent, conclut-il après un long monologue.

J’agrippe l’avant-bras d’Ambroise. J’ai imaginé des choses, beaucoup de chose, mais pas qu’il levait la main sur elle. Je crois que je vais vomir.

— Isabeau est une jeune femme détruite, appuie-t-il sombrement.

Le mot est dit. Le choc est rude. Ambroise me tape dans le dos, aucun de nous n’arrive à parler, trop dépassés par ce qu’elle avait enfoui dans sa mémoire.

 

 

Publicités

Une réflexion sur “10. Révélation

  1. Alessandra dit :

    L’aide qu’ils vont apporté à Isabeau va complètement être différente maintenant qu’ils sont au courant. J’apprécie qu’ils réussissent à mettre leurs différents de côté pour son bien. Au fond, Samuel crève d’envie d’être ami avec Ambroise mais sa jalousie le pousse aussi à le repousser… Mais leur amitié devrait être hyper belle à voir ! (à lire, plutôt ^^)
    Je me demande qui est Storm et une part de moi se demande si on ne l’a pas déjà rencontré d’une manière ou d’une autre… Je ne sais pas, ça m’intrigue vraiment de savoir…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s