3. Le centre équestre

Retour à l’épisode 1    

   Je soupire en reconnaissant les Ecuries du Bois d’Or. Mon premier jour ici a été une véritable catastrophe. Et je ne doute pas qu’aujourd’hui ne sera pas tellement différent. L’arrivée d’Ambroise sans sa harpie de Charlotte provoque un étrange phénomène, tout un essaim de filles en chaleurs s’approche de nous, tourne autour de l’apollon alors que je fourre les mains dans mes poches.

       — Ambroise, tu viens en balade avec nous ?

       — Non, il va venir nous voir sauter, tu viens me regarder sauter hein ?

       Hors contexte, c’est quand même drôlement con comme proposition.

       Une brune tire les cheveux de la petite blonde pour l’éloigner et se plante devant nous avec un immense sourire.

       — Tu pourrais venir regarder la reprise de dressage, miaule-t-elle, aguicheuse.

       — En fait, je comptais donner une leçon particulière…

       — À moi ? coupe-t-elle, surexcitée.

       — Non, pour Isabeau.

       Bim, comment plomber l’ambiance en deux secondes.

       Un rire nerveux me secoue, il est hors de question que je monte sur un de ces trucs. Je me fais littéralement assassiner du regard par le fan-club d’Ambroise.

       — On ne va pas avoir de leçon particulière Ambroise, tu n’es pas un moniteur d’équitation, je siffle entre mes dents.

       — J’ai payé pour avoir le manège, alors j’y fais un peu ce que je veux.

       Formidable…

       Je bascule la tête en arrière, prend une grande inspiration sous les insultes à peine discrètes des groupies de mon moniteur du jour.

       — Je cède ma place, cinquante euros, je marchande, désinvolte.

       — Cinquante euros ? Tu n’as pas une très haute estime de mon enseignement, fait-il mine de se vexer.

       — Je veux juste payer les courses de la semaine.

       Il arque un sourcil alors que, miraculeusement, des billets me chatouillent déjà le nez.

       — Dois-je te rappeler que Samuel est l’une des plus grosses fortunes…

       — Dois-je te rappeler que Samuel voulait se détacher de son père et qu’il a accepté de rester son successeur pour me protéger ? je rétorque, plus sèchement que je l’aurais voulu. Je lui suis redevable.

       Ses grandes paumes repoussent la horde de filles déchaînées et enserrent mes épaules.

       — Alors tu me brades pour payer toi-même des courses ?

       Il sourit, il n’y a pas l’ombre d’un reproche, plutôt une pointe d’amusement.

       — Se démerder, survivre, piquer des thunes à des riches qui se torchent avec des billets… Je n’ai rien à foutre ici et tu le sais. C’est ton milieu, pas le mien…

       — Et c’est aussi celui de Samuel.

       Un grognement m’échappe, il me gonfle quand il a raison. Il m’emmène jusqu’aux écuries, loin des autres, là où il n’y a que les hennissements pour briser le silence. Earth appelle son propriétaire, Satine nous ignore royalement et Twister espère une pomme coupée. Samuel m’a tellement parlé de son cheval, qu’avec un entrain qui me surprend moi-même, je le caresse au-dessus des naseaux.

       — On t’a préparé Câline…

       — Pitié, dis-moi que c’est un poney minuscule, je geins alors que nous avançons sous l’appentis.

       — C’est un cheval à ta taille, parce que tu es une grande fille…

       Câline est jolie, noire, tout en finesse. J’ai presque peur que ses pattes se brisent si je monte dessus. Elle m’observe, je me tiens à deux bons mètres.

       — Je t’apprendrai à seller aussi…

       — Mais pourquoi ? Franchement, Ambroise, à quoi ça va servir tout ça ? Je ne peux pas… me contenter d’encourager Samuel depuis les gradins ? je plaide alors qu’il me met une corde dans la main.

       — Ça va servir à montrer à Samuel que tu fais tout pour t’intégrer dans son univers. À part les navets, il n’a que l’équitation…

       Je mène prudemment le cheval, les doigts crispés sur ce qu’il appelle la longe.

       — Tu voudrais te réconcilier avec, je devine à voix basse.

       — C’est pas un mauvais gars… Et ça me fait chier cette situation…

       — Quel langage, Monsieur de Clavière ! je pouffe alors que nous entrons dans le manège.

       Il me donne un coup d’épaule, avec moi il n’est pas l’homme parfait qu’on attend qu’il soit.

Publicités

4 réflexions sur “3. Le centre équestre

  1. Alessandra dit :

    Ambroise est celui qu’il est vraiment avec Isabeau et c’est ce qui le rend tout mignon 😀
    Oui oui, je suis toujours team Ambroise 🙂 même si je trouve Samuel touchant, il lui manque un truc selon moi 🙂 j’ai l’impression qu’ils sont mal assorti avec Ivy 🙈
    Sinon, bien contente que la Charlotte ne suis plus dans les parages mais c’est quoi cette horde de groupie ???!!!! 😱😂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s